Que dit le contrôle technique version 2018 concernant les pneus ?

Aujourd'hui il existe 9 libellés concernant les pneumatiques dont 5 sont soumis à Contre-visite. A partir du 20 mai 2018, 16 libellés possibles  avec non plus deux, mais trois répartitions :
> 4 défaillances mineures. Ce sont des défauts qui  n’ont aucune incidence notable sur la sécurité du véhicule ou sur l'environnement ;
Le contrôle est validé pour 2 ans.
> 8 défaillances majeures. Elles sont susceptibles de compromettre la sécurité du véhicule, d'avoir une incidence négative sur l'environnement, ou de mettre en danger les autres usagers de la route. Délai de Contre-visite de deux mois.
> 4 défaillances critiques. Elles constituent un danger direct et immédiat pour la sécurité routière ou ayant une incidence grave sur l'environnement.
Interdiction de rouler sous 24h (Cela autoriserait le véhicule à être conduit dans un centre de réparation le jour du contrôle).  Contre-visite à effectuer dans les deux mois.
 Si la codification change légèrement, les intitulés des défauts sont eux modifiés, rendant un comparatif illusoire.
Le contrôle technique devient plus précis car le centre devra déterminer le degré de gravité du défaut faisant entrer ce dernier dans la catégorie majeure ou critique.
Il convient de retenir que les nouveaux points de contrôles  sont soumis à contre visite en cas de constat de la présence de ces défauts.

5.2.3. a. 2. La taille, la capacité de charge, la marque de réception ou la catégorie de l'indice de vitesse du pneumatique ne sont pas conformes aux exigences et nuisent à la sécurité routière Majeure
5.2.3. a. 3. Capacité de charge ou catégorie de l'indice de vitesse insuffisant pour l'utilisation réelle, le pneu touche une partie fixe du véhicule, ce qui compromet la sécurité de la conduite Critique
5.2.3. b. 2. Pneumatiques de taille différente sur un même essieu ou sur des roues jumelées ou de types différents sur un même essieu Majeure
5.2.3. c. 2. Pneumatiques de structure différente Majeure
5.2.3. d. 2. Pneumatique gravement endommagé ou entaillé Majeure
5.2.3. d. 3. Corde visible ou endommagée Critique
5.2.3. e. 1. Usure anormale Mineure
5.2.3. e. 2. L'indicateur d'usure de la profondeur des sculptures est atteint Majeure
5.2.3. e. 3. La profondeur des sculptures n'est pas conforme aux exigences Critique
5.2.3. f. 1. Frottement ou risque de frottement du pneu contre d'autres éléments (dispositifs antiprojections souples) Mineure
5.2.3. f. 2. Frottement ou risque de frottement du pneu contre d'autres éléments (sécurité de conduite non compromise) Majeure
5.2.3. g. 2. Pneumatiques retaillés non conformes aux exigences Majeure
5.2.3. g. 3. Pneumatiques retaillés non conformes aux exigences : couche de protection de la corde affectée Critique
5.2.3. h. 1. Le système de contrôle de la pression des pneumatiques fonctionne mal ou le pneumatique est manifestement sous-gonflé Mineure
5.2.3. h. 2. Le système de contrôle de la pression des pneumatiques est manifestement inopérant Majeure
5.2.3. i. 1. La pression des pneumatiques est anormale ou incontrôlable Mineure

Il est à noter que les jantes et / ou pneumatiques qui débordent de la carrosserie seront soumis à une contrevisite (défaillance majeure).

Que se passe t il en cas de défaillances multiples notamment s’il y a une défaillance critique ?
La personne qui souhaite pouvoir continuer à rouler avec son véhicule, devra procéder à la réparation de la défaillance critique et présenter le véhicule au contrôle technique pour faire lever « l’interdit » de circuler. En effet, s’il circule avec le véhicule non réparé, en cas de contrôle routier, il s’expose à une amende de 135 €.

Est-il obligé de faire réparer au même moment les autres défaillances majeures ?
 A priori non. Pour rappel,  il a deux mois pour réaliser la contre visite (des défaillances majeures comme critique). Il pourrait donc présenter le véhicule une première fois en contrevisite pour lever la défaillance majeure, puis une deuxième contrevisite  pour les autres défaillances sans dépasser le délai de 2 mois à compter de la visite technique initiale.

>> retour aux actualités